Premiers vols
21/07/2015

Premiers vols du prototype

21 juillet 2015, les rotors se mettent à tourner lentement. On observe le comportement dynamique de l'ensemble, la réponse de l'asservissement, puis on augmente la vitesse de rotation jusqu'à la vitesse nominale... Tout est stable, pas de vibration particulière, les rotors sont bien alignés, les commandes de pas collectif répondent bien : il est temps de décoller. La poussée est progressivement augmentée jusqu'aux premiers soubresauts du drone qui finit par quitter le sol. Dans l'effet de sol, le comportement est particulièrement instable, d'autant plus que les gains ne sont pas encore réglés. Il est temps d'atterrir pour faire quelques réglages. Pas le temps de réaliser que le premier vol est fait, il faut poursuivre pour savoir si l'on peut obtenir un comportement sain !

Après quelques vols particulièrement stressants, la preuve de concept est finalement réglée. Deux ans et demi de R&D auront été nécessaires pour parvenir à faire voler un quadrirotor d'exception : d'une stabilité remarquable, il est pourtant bien plus agile que les multirotors conventionnels. Il soulève allègrement ses 600 grammes de plomb en guise de charge utile, et se maintient en vol pendant 25 minutes, malgré un léger surpoids de 10% (2,2kg) et une batterie encore inadaptée. Pour parvenir à ce résultat, les porteurs du projet Evodrone ont développé un système de propulsion à pas variable couplé à un dispositif d'isolation vibratoire unique au monde. Deux brevets ont déjà été déposés, et un autre est prévu d'ici quelques mois.

La voie est désormais libre pour l'industrialisation du concept. L'objectif est de parvenir à la définition complète d'un vecteur au second semestre 2016. Le premier drone sera destiné au marché de l'audiovisuel, puis d'autres déclinaisons suivront rapidement, profitant toutes des atouts que procure cette technologie innovante : durée de vol, charge utile, discrétion...